Des légumes pour réduire les cancers du sein non hormono-dépendants

Alors que les bénéfices des fruits et légumes ne sont plus à démontrer pour prévenir de nombreuses maladies, la relation entre leur consommation et le risque de cancer du sein est aujourd’hui considérée comme « non concluante ». Les données de cette étude pourraient permettre de mieux définir leur rôle en fonction des types de tumeurs.

Lire la suite sur www.sf-nutrition.org

Fermer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *